Les notes de conjoncture de l’INSEE seraient-elles subversives ?

Un article publié le 31 août dernier sur le site de France Info, fait état de la conférence de presse du Premier ministre et de la ministre du Travail sur la présentation des ordonnances. Invité le soir même au 20 heures de France 2, le chef du gouvernement justifie ces mesures par la volonté de « résoudre le problème du chômage de masse, qui dure depuis trop longtemps en France ».
Quelques mois plus tôt, en juin 2017, la note de conjoncture de l’INSEE nous interpellait, en concluant : « Depuis de nombreuses années, l’INSEE interroge les entreprises sur les évolutions passées et futures de leur effectif, l’existence de difficultés de recrutement… Depuis janvier 2017, ces informations sont complétées grâce à de nouvelles questions permettant de révéler la présence de barrières à l’embauche… »
Cette même note de conjoncture quantifie les freins à l’embauche par :
- 28% des entreprises citent l’incertitude sur la situation économique,
- 27% des entreprises citent la difficulté à trouver de la main-d’œuvre compétente,
- 23% des entreprises avancent un coût du travail jugé trop élevé,
- et pour seulement 18% la règlementation du marché de l’emploi…
Alors l’INSEE ferait des notes subversives !!!